mardi, 13 mars 2018 00:00

Le Burkina Faso rejoint l’Alliance Solaire Internationale (ASI) et confirme son engagement pour une transition énergétique

Le Président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a pris part le 11 mars dernier à New Delhi au Premier Sommet de l’Alliance Solaire Internationale (ASI), une coalition qui oeuvre pour promouvoir le solaire dans les pays en développement.

 

Cette participation du chef de l’Etat confirme l’engagement du Burkina Faso pour une transition énergétique durable et l’accélération de la production d’énergie solaire. "C'est avec enthousiasme que le Burkina Faso a signé et ratifié l'accord-cadre de l'Alliance Solaire Internationale. Nous devons promouvoir une énergie alternative saine et durable en tirant les bénéfices d'une ressource incommensurable : le soleil”, a déclaré le Président Burkinabè. L’ASI a pour objectifs de réduire massivement les coûts de l’énergie solaire, de répondre à la forte demande énergétique dans les pays en développement et de contribuer à la lutte contre le changement climatique.

 

Le développement de l’énergie solaire est sans conteste au coeur de la stratégie énergétique du gouvernement Burkinabè, qui compte multiplier par cinq la part des énergies renouvelables dans le mix national à l’horizon 2020. La centrale photovoltaïque de Zagtouli, dans la banlieue de Ouagadougou, co-financée par l’Union européenne et la France à hauteur de 47,5 millions d’euros, est le plus grand projet solaire en Afrique de l’Ouest. Elle permettra de produire 33 MW, soit 5 % de la consommation du pays. Deux autres centrales solaires seront bientôt livrées à Koudougou (20 Mw), premier PPP dans les énergies renouvelables au Burkina, et Kaya (10 Mw).

 

Au programme de cette visite, le chef de l’Etat Burkinabè s’est entretenu dans la soirée avec le Premier ministre indien, Narendra Modi pour développer les projets de coopération dans le domaine du solaire et d’autres secteurs. Le Burkina Faso souhaite collaborer avec la République de l’Inde pour réaliser deux autres centrales solaires de 50 mégawatts chacune.

 

D’autres projets de coopération ont été abordés, y compris celui du chemin de fer entre le Ghana et le Burkina Faso. Les burkinabè pourront également s’appuyer sur l’expérience de l’Inde dans le domaine de l’agriculture, notamment en termes de mécanisation, de production et de transformation. Avec ces 1,3 milliards d’habitants, le gouvernement indien a placé la sécurité alimentaire en tête de ses priorités et pourra faire bénéficier le Burkina Faso de ses avancées.