mardi, 29 janvier 2019 00:00

Bilan à la tête du MINEFID : Hadizatou Coulibaly s’en remet l’histoire, “seul juge infaillible”

La ministre sortante de l’Economie Hadizatou Rosine Coulibaly a estimé lundi, que «l’histoire qui est le seul juge infaillible» avisera de ses trois ans de gestion, alors que son bilan divise encore les observateurs.

«Quel résultat puis-je mettre en avant quant à la réalisation de cette mission. L’avons-nous réussi ? Je pense que c’est la question qu’on peut se poser. Il ne m’appartient pas d’en juger. L’histoire qui est le seul juge infaillible avisera», a affirmé Hadizatou Rosine Coulibaly, lundi lors de sa passation de charges avec Lassané Kaboré.

La ministre sortante de l’Economie a indiqué que malgré la persistance des attaques terroristes et la poursuite des revendications sociales, l’activité économique nationale au plan macroéconomique, a connu une bonne orientation de 2016 à 2018, avec la croissance du PIB qui est passé de 5,9% en 2016 à 6,3 % en 2017 et à 6,6% estimé en 2018.

Elle s’est aussi félicitée de la réussite de la conférence des partenaires pour le financement du Programme national de développement économique (PNDES), à Paris en décembre 2016.

La non reconduction de Hadizatou Rosine Coulibaly, le 24 janvier dernier dans le gouvernement du nouveau Premier ministre Christophe Dabiré, a suscité de vives débats dans les médias et sur les réseaux sociaux.

 

Beaucoup de ses admirateurs saluent sa rigueur et la fermeté qu’elle a opposée aux agents de son département, malgré leur colère contre le plafonnement du Fonds commun (primes substantiels).

Mais pour ses détracteurs, Mme Coulibaly a créé un climat hostile à la mobilisation des taxes et a contribué à augmenter exponentiellement la dette intérieure, par le truchement des marchés gré à gré, élaborés dans le cadre des partenariats public-privés (Loi PPP).

«Je ne ménagerai aucun effort pour qu’ensemble, nous puissions dégager par les vertus du dialogue et de la concentration, les voies et moyens à promouvoir pour instaurer le dialogue, un climat social apaisé et propice à la poursuite de notre mission dans l’intérêt supérieur de la Nation», a réagi son successeur Lassané Kaboré.

Agence d’information du Burkina