Les vents de mousson se maintiendront faibles à modérés sur la majeure partie du pays, hormis les localités nord et nord-est qui seront soumises à des incursions de flux d’harmattan. Dans l’après-midi, des orages isolés parfois accompagnés de pluies pourraient interésser l’ouest, le nord-ouest, le sud, le sud-ouest et le centre du territoire. Ailleurs le ciel sera partiellement nuageux. Les visibilités resteront bonnes dans l’ensemble.

    Les températures maximales seront en hausse comparativement à celles de la période écoulée.

Les greffiers en grève depuis le 19 avril 2019, ont accusé mercredi, des proches du ministre de la Justice, d’avoir tripatouillé des textes préalablement arrêtés par consensus.

«L’arrêt de travail fait suite  à des modifications des textes que les greffiers ont constaté depuis un certain temps. Tous les textes qui sont élaborés et validés par les comités sont systématiquement modifier en ses dispositions qui concernent les greffiers», a affirmé mercredi, le secrétaire général du Syndicat des greffiers du Burkina (SGB) Abdoul-Aziz Kafando.

«Dès qu’il y a quelque chose qui constitue un avantage pour les greffiers, ces dispositions sont systématiquement modifiées par les proches collaborateurs du ministre et cet arrêt de travail, c’est pour dénoncer cet état de fait et demander de rétablir ce qui avait été prévu», a ajouté M. Kafando qui s’exprimait au nom de sa structure et du Syndicat national des greffiers (SYNAG), représenté par Jean Lankoandé.

Selon Abdoul-Aziz Kafando, le projet de texte portant Agence nationale de gestion et de recouvrement des avoirs saisis ou confisqués, le projet de loi portant code d’organisation judiciaire et le projet de loi portant sur le code de procédure pénale, «ont été modifiés à la dernière minute par les plus proches collaborateurs du ministre de la Justice (Réné Bagoro)».

D’après M. Kafando, le code de procédure pénale prévoyait qu’en cas de poursuite contre un greffier, l’on désigne une autre juridiction différente de là où il exerce,  pour connaitre  l’affaire.

Toutefois, cette disposition qui lutte selon lui, contre «le favoritisme et les règlements de comptes» a été abandonnée par le cabinet du ministre.

Le syndicaliste s’est aussi offusqué parce que la loi de reversement des greffiers a créé «d’énormes injustices», notamment, «l’entassement de plusieurs promotions dans un même échelon. Ce qui a eu pour corolaire, la perte pour certains de plus de cinq échelons».

Il a aussi dénoncé la prise seulement de quatre décrets d’application sur une vingtaine en ce qui concerne la loi 054-2012 portant statut du personnel du corps des greffiers, adoptée par l’Assemblée nationale le 18 décembre 2012.

«Face aux revendications légitimes clairement exprimées, nous responsables syndicaux, avons constaté avec stupeur, qu’au lieu de régler le problème, les autorités ont décidé de passer par des menaces et des intimidations. En agissant ainsi, ils ont choisi, comme à l’accoutumée, de briser le thermomètre au lieu de soigner la fièvre», a relevé Abdoul-Aziz Kafando.

En rappel, les avocats qui prévoient une marche le 29 avril prochain, observent depuis hier mardi, une grève de 96 heures  pour protester contre «les graves dysfonctionnements de l’appareil judiciaire au Burkina Faso».

Agence d’information du Burkina

 

L'autorité de régulation des produits alimentaires et médicamenteux du Ghana annonce de lourdes peines contre les opérateurs de chicha qui ne respectent pas la loi. Le tabagisme au chicha est devenu de plus en plus populaire parmi les jeunes du Ghana. Fumer de la chicha n'est pas illégal dans le pays, mais les autorités indiquent que les opérateurs doivent respecter les lois régissant son utilisation. Ils doivent par exemple enregistrer le produit et afficher des avertissements visibles sur les dangers du tabagisme. Selon eux, les opérateurs peuvent désormais s'attendre à une peine d'emprisonnement d'au moins trois ans et à des frais administratifs de 4 000 dollars américains s'ils ne se conforment pas à la loi. L'augmentation du nombre de bars à chicha à Accra et dans d'autres endroits du pays serait en partie basée sur l'idée selon laquelle le produit serait moins nocif que la cigarette. Une idée fausse selon l'Organisation mondiale de la santé et l'autorité de régulation des produits alimentaires et médicamenteux du Ghana. BbcAfrique.com

lundi, 22 avril 2019 00:00

Ukraine

Écrit par

Le comédien novice en politique Volodymyr Zelensky a remporté dimanche l’élection présidentielle en Ukraine avec une majorité écrasante face au sortant Petro Porochenko, ouvrant une page riche en incertitudes pour ce pays en guerre aux portes de l’Union européenne.

Une série d'explosions a frappé le pays ce dimanche de Pâques, notamment dans la capitale Colombo, faisant au moins 290 morts. 

Le Sri Lanka a connu un sanglant dimanche de Pâques avec une vague coordonnée d’attentats contre des hôtels de luxe et des églises remplies, qui ont tué au moins 290 personnes, dont plusieurs dizaines d’étrangers, et soulevé un émoi mondial.

Les autorités de la ville de Niamey ont annoncé dans un communiqué l’interdiction de la mendicité sur les lieux publics – rues, carrefours, alentours magasins- à compter du 1er mai 2019.

Seules 3 catégories de mendiants acceptés- handicapés, personnes âgées et endettés ou victimes de sinistre- sont invitées à se replier sur les lieux de culte et les centres sociaux, précise le texte qui interdit la mendicité des mineurs.

 »’Les parents ou les tuteurs des mineurs encourent de peine d’emprisonnement de 6 mois à un an », selon le code pénal,  rappellent les autorités municipales.

De même que le vagabondage est frappé d’interdiction, peut-on lire dans le document qui avertit que  »des séries de contrôles seront organisées de jour et de nuit à partir du 1er mai par la police nationale. »

Cette mesure fait suite à des réunions avec les différentes parties prenantes, note-t-on.

Le phénomène de mendicité aux lieux publics fait partie du décor de la ville avec des personnes de tous âges tendant la main aux passants.

A l’origine la quête qui servait de  »filets sociaux – allocations pour les apprenants coraniques ou de sécurité sociale pour les handicapés ou les indigents-  tend à devenir une profession dans les grandes villes avec ses déviances – prostitution, violences, criminalités-  selon les observateurs.

CA/Agence nigérienne de presse(ANP)- 0093 Avril 2019

 

vendredi, 19 avril 2019 00:00

Météo Burkina : des pluies annoncées

      Le temps des prochaines 24 heures, sera marqué par un renforcement du régime de mousson sur la majeure partie du pays. Seules les localités nord demeureront sous la prédominance des vents d’harmattan. Des formations nuageuses, pouvant atteindre le stade orageux ou pluvio-orageux pourraient intéresser le Sud-ouest, l’Ouest, le Centre et le Nord-ouest du territoire au cours de cet après-midi et dans le courant de la nuit. Ailleurs, le ciel sera dégagé à partiellement  nuageux. Les visibilités seront bonnes dans  l’ensemble sauf dans les localités Nord et Nord-est où elles pourraient être affectées par la poussière.

        Les températures maximales seront quasi-stationnaires par rapport à celles de la période écoulée.

Durant ces dernières 24 heures, des incursions de flux humides de mousson ont intéressées les localités sud-ouest, sud, ouest et centre du pays. Des orages, parfois accompagnés de pluie ont été observées au sud-ouest du territoire. Entre 09 heures hier et 09 heures ce matin on a enregistré 11 mm à Bérégadougou, 4 mm à Banfora et 1 mm à Iolonioro. Sous un ciel partiellement nuageux à dégagé, la moitié nord du pays a été sous l’influence d’un régime d’harmattan faible à modéré, avec des visibilités légèrement brumeuses.

 

Un incendie ravagé, hier mercredi, le marché de la commune rurale d’Arbollé, localité située à une trentaine de kilomètre de Yako, dans la province du Passoré, sur l’axe Yako-Ouagadougou.

Selon des témoignages recueillis sur place par l’AIB, les habitants de la commune rurale de Arbollé ont eu la peur au ventre, dans la soirée du  mercredi 17 avril 2019, à la suite l’incendie qui s’est déclenché au marché.

Les mêmes témoignages indiquent que le drame  serait survenu à la suite de l’explosion de barriques contenant de l’essence frauduleusement stockés  dans des magasins du marché de la localité.

L’on ne déplore aucune perte en vie humaine, mais plusieurs dégâts matériels composés entre autres de 45 bicyclettes, 7 motos, 2 tricycles en plus des hangars partis en fumée.

Le préfet du département d’Arbollé, Ousmane Traoré s’est déporté sur les lieux du drame en compagnie du Directeur provincial de la police nationale du Passoré, Roger Pascal Yaméogo.

De l’avis du préfet, l’incendie qui se serait déclenché aux environs de 14 heures  a pu être circonscrit aux environs de 18 heures grâce à une forte mobilisation de la population et des commerçants dudit marché et surtout avec l’appui du service des sapeurs pompiers venus promptement  de Ouagadougou.

En attendant l’issue des enquêtes, diligentes par la police départementale de Arbollé, une cellule  mise en place par les autorités locales pour évaluer la valeur du matériel incendié.

Au demeurant,  Ousmane Traoré demande aux personnes de bonnes volontés et/ou aux organisations associatives œuvrant dans le domaine humanitaire, à intervenir auprès des victimes du drame.

Il a par ailleurs précisé que le matériel incendié a été ramené au commissariat de police d’Arbollé tout en promettant que les victimes du drame seront  dédommagés.

Agence d’information du Burkina

 

«Nos troupes ont repris du poil de la bête », s’est réjoui jeudi, le ministre en charge de la Défense, Moumouna Chérif Sy, au moment où l’armée mène une vaste opération anti-terroriste, notamment à l’Est et au Centre-est. «Comme vous le savez, nos troupes ont repris du poil de la bête. Donc il faut pouvoir les organiser, pouvoir les doter conséquemment pour qu’ils mènent leur tâche à bien», a indiqué le ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale et des anciens Combattants, Moumouna Cherif Sy. Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, même les stages ont été annulés, « donc autant de choses qui font que aujourd’hui, la priorité c’est de reconstruire notre armée, mettre les troupes aux pas pour que véritablement elles puissent mener la mission qui leur a été confiée», a-t-il expliqué. Le ministre d’Etat a confié que «la grande opération à l’Est dénommée Otapuanou a suffisamment fait bouger les lignes car elle fut une grande opération en terme d’expertise militaire mais surtout en terme de cohésion pour l’armée et surtout en terme de lien armée-nation. Pour le ministre, cela a permis aussi aux populations de reprendre confiance, de se reconnaitre dans leur forte armées et il n’ya pas de raison que l’armée ne continue pas son travail partout où les populations du Burkina Faso sont menacées. M. Sy s’exprimait jeudi à l’issue de l’ouverture du premier conseil d’administration du secteur ministériel de son département qui, deux jours durant, se planchera sur quatre thématiques à savoir, le volet sécurité, l’organisation de l’armée, la présentation des résultats de l’étude sur le domaine militaire et le bilan du budget 2018 et la présentation de celui 2019. Selon lui, son département est dans une logique de l’amélioration de la gouvernance militaire et cette amélioration consiste surtout à donner les moyens aux troupes afin qu’elles puissent faire leur boulot. Agence d’Information du Burkina

Trois personnes ont été tuées mardi à Diabatou, localité située à 50 km de Gayeri dans la Komondjari.

Des assaillants ont fait irruption mardi entre 15 et 18h dans le village de Diabatou (Komondjari).

Ils ont exécuté trois personnes dont le responsable du comité villageois de développement (CVD) et le responsable de la communauté peulh.

Nos sources précisent que d’énormes dégâts matériels dont plusieurs maisons incendiées, ont été aussi enregistrés.

Les agresseurs auraient promis des représailles après le départ des troupes de l’opération anti-terroriste «U TAPUANU».

Agence d’information du Burkina

 

Page 1 sur 223