Des milliers de Français se sont rassemblés mardi pour protester contre une résurgence de l’antisémitisme dans leur pays, encore illustrée par la profanation d’un cimetière juif dans l’est, répondant à un « appel au sursaut » lancé par des responsables politiques, religieux et associatifs.

mercredi, 20 février 2019 00:00

france

Écrit par

Alexandre Benalla, ex-collaborateur du président français Emmanuel Macron, a été placé mardi en détention provisoire dans le cadre de l’enquête le visant pour des violences lors d’une manifestation le 1er mai 2018 à Paris, selon une source judiciaire.

 

mercredi, 20 février 2019 00:00

varsovie

Écrit par

Varsovie attend des excuses du gouvernement israélien après les accusations d’antisémitisme qui ont conduit la Pologne à se retirer d’un sommet à Jérusalem, ont affirmé mardi plusieurs hauts responsables polonais.

mercredi, 20 février 2019 00:00

jerusamel

Écrit par

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé la profanation de ce cimetière juif français comme un acte « choquant » commis par de « sauvages antisémites ».

mardi, 19 février 2019 00:00

londres

Écrit par

Sept députés travaillistes ont démissionné lundi du principal parti d’opposition britannique en raison de la gestion du Brexit par le dirigeant de la formation, Jeremy Corbyn, qu’ils accusent aussi de manquer de fermeté face à l’antisémitisme au sein du parti.

Le chef d’Etat nigérian Muhammadu Buhari a appelé lundi l’armée a être « sans pitié » envers ceux qui voudraient truquer les élections générales (présidentielle, législative et sénatoriales) de samedi, prévenant qu’ils le feraient « au péril de leur vie ». L’opposition a dénoncé un appel à « tirer sur des innocents ».

La commission électorale indépendante (INEC) a reporté les élections générales (présidentielles, législatives et sénatoriales) du 16 au 23 février, quelques heures avant l'ouverture des bureaux de vote samedi, arguant de graves problèmes logistiques. Et lundi, le président Buhari a prévenu que ceux qui frauderaient le feraient "au péril de leur vie".

"Nous n'allons pas être tenus pour responsables (...) à la place de ceux qui décident de voler des urnes, ou d'utiliser des criminels pour perturber le scrutin" a déclaré le chef de l'Etat, en lice pour un second mandat, lors d'une réunion de son parti retransmise à la télévision nationale.

Le principal parti de l'opposition, le Parti populaire démocratique (PDP) a aussitôt dénoncé des "menaces". "C'est un appel ouvert pour que les gens se fassent eux-mêmes justice", a critiqué Kola Ologbondiyan, porte-parole du PDP, dans un communiqué.

 

 

 

mardi, 19 février 2019 00:00

usa

Écrit par

 Seize Etats américains ont déposé un recours en justice lundi contre l’administration du président Donald Trump pour sa décision de décréter l’urgence nationale afin de construire un mur à la frontière avec le Mexique.

 

Le Premier ministre (PM) Christophe Marie Joseph Dabiré a appelé, lundi, à une «union sacrée» des Burkinabé pour lutter contre la recrudescence des attaques terroristes dans le pays.

«Face à cette barbarie, d’une autre époque, il faut l’union sacrée de tous les Burkinabè, car l’affirmait feu le président Thomas Sankara, notre peuple uni et mobilisé constitue une force inébranlable, une puissance capable de prendre en main son propre destin», a affirmé le  PM Christophe Dabiré.

Le Premier ministre a souligné que pour relever les défis sécuritaires, le gouvernement doit apporter des «réponses vigoureuses» et diligentes à toutes les attaques dont le Burkina Faso est l’objet, afin de restaurer la paix, la sérénité et la quiétude dans la cité.

Il s’exprimait lundi à Ouagadougou, à l’occasion de sa Déclaration de politique générale(DGP).

Pour lui, le pays doit d’abord compter sur ses propres forces pour ne pas prendre le risque de s’abandonner dans «l’indolence du sommeil sur la natte d’autrui et faire lâchement l’opposition de périr sans gloire» en paraphrasant le Pr Joseph Ki-Zerbo «nan lara, an sara» qui signifie «si nous dormons, nous sommes morts», en langue nationale dioula.

Le chef du gouvernement, devant la représentation nationale a précisé que le combat contre le terrorisme est de longue haleine et a ainsi sollicité l’appui de la communauté internationale pour venir à bout de ce phénomène mondial.

«Tout en apportant des réponses appropriés, en temps et en heure aux actions destructrices de ces criminels, nous devons travailler à construire et à consolider durablement les bases de notre victoire certaine», a- t- il soutenu.

D’après Christophe Marie Joseph Dabiré, le gouvernement apportera toutes les ressources nécessaires à l’amélioration des actions des Forces de défense et de sécurité(FDS) sur le terrain.

Il a, par ailleurs, précisé que la dégradation progressive de la situation sécuritaire dans notre pays a des conséquences néfastes énormes sur notre vivre ensemble qui sape certaines valeurs fondamentales qui sont, entre autres, la tolérance, l’hospitalité et la cohésion pacifique au sein des communautés.

Le PM Dabiré a été  nommé par décret présidentiel à la tête du gouvernent le 21 janvier dernier, suite à la démission de son prédécesseur, Paul Kaba Thiéba, une dizaine de jours plus tôt.

Agence d’information du Burkina

L’ancien Premier ministre burkinabè Kadré Désiré Ouédraogo (KDO), va participer samedi prochain à Bobo Dioulasso, à une assemblée   générale  du   groupe   d’initiative   ‘’KDO   2020’’, au cours de laquelle il devra lever le voile sur sa probable candidature ou non à l’élection présidentielle de 2020, souhaitée par ses sympathisants.

L’ancien Premier ministre du Burkina Faso, Kadré Désiré Ouédraogo participera ce weekend à Bobo-Dioulasso,  à l’assemblée générale du groupe d’initiative KDO 2020, groupe composé entre autres de militants  du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), la Nouvelle alliance du Faso (NAFA).

Depuis novembre 2018, ce groupe a invité plusieurs fois l’ancien Premier ministre à se présenter à l’élection présidentielle de 2020.

Selon nos sources, M. Ouédraogo devrait enfin se prononcer par rapport à ses multiples appels.

L’ancien président de la Commission de la CEDEAO mettra également à profit son séjour pour rendre visite aux autorités administratives, coutumières et religieuses de Bobo-Dioulasso (365km, Ouest).

Lors de sa visite chez l’Iman de Dioulassoba et chez l’Archevêque de Bobo-Dioulasso, il est prévu des remises de dons symboliques pour les réhabilitations de la vieille mosquée de Dioulassoba et de la cathédrale Notre Dame de Lourdes, ajoutent nos sources.

Kadré Désiré Ouédraogo fera aussi un geste pour la réhabilitation de la mairie de la ville, incendiée lors des journées insurrectionnelles  d’octobre 2014.

Agence d’information du Burkina

 La perte hier jeudi à Djibo, dans un attentat terroriste, de deux militaires burkinabè dont un  jeune médecin qui venait de se marier, a fortement ému la toile.

Un médecin-militaire et son assistant ont été tués le jeudi 14 février 2019 à Djibo (Nord), alors qu’ils inspectaient une dépouille, préalablement minée.

L’armée burkinabè précise que six autres personnes ont été blessées dans l’explosion dont trois grièvement.

Quelques heures après le drame, de nombreux internautes ont rendu un vibrant hommage aux disparus et condamner cette énième attaque terroriste dont le mode opératoire est pourtant nouvel.

«Il était médecin-militaire, il venait de finir sa formation et il venait juste de se marier le 25 janvier 2019. (…) Qu’est-ce que vous pouvez dire à une femme dans cette situation pour l’apaiser ? Absolument rien… », se lamente le célèbre internaute Alino Faso.

 

«Même pas un mois, je te souhaitais d’être heureux dans ta nouvelle vie de couple. Que deviendra ta femme sans toi ? Ca fait tellement mal. Mais va en paix grand frère Halassane Coulibaly. Que Dieu veille sur toi», témoigne Carine Sanou sur sa page Facebook.

 

Le Burkina Faso fait face depuis 2015 à des attaques terroristes qui se sont accrues en début d’année.

Il y a une dizaine de jours, l’armée a lancé plusieurs opérations qui ont déjà permis selon elle, «de neutraliser» plus de deux cents terroristes.

«Depuis que nos FDS ont zigouillé correctement les 146 djihadistes, ils auront compris que nous nous laisserons plus faire. Maintenant ils n’osent plus de pavaner en plein jour pour commettre leur forfaits, contraints qu’ils sont de piéger des cadavres», analyse ‘’Dgout’’ sur le forum du site ‘’lefaso.net’’.

Agence d’information du Burkina

Page 1 sur 217