lundi, 04 avril 2016 00:00

SNC 2016 : C’est bien fini pour la 18ème édition

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les rideaux se sont refermés sur la 18ème édition de la Semaine nationale de la Culture ce samedi 2 avril à Bobo-Dioulasso. La cérémonie officielle de clôture ponctuée par la proclamation du palmarès a eu lieu à la Maison de la Culture Mgr Anselme Titianma Sanon, en présence du Chef de l’Etat Roch Kaboré.

 « Culture et cohésion nationale ». C’est sous ce thème que s’est tenue la 18ème édition de la Semaine nationale de la Culture du 26 mars au 2 avril 2016. Elle a été parrainée par le chef suprême des bobos mandares et le PDG du groupe Ebomaf. Une semaine durant, des artistes venus d’horizons divers du Burkina ont rivalisé de talents à travers les compétitions. Les meilleurs ont été retenus et primés.

Contrairement à la cérémonie d’ouverture au stade Omnisport où la mobilisation était « maigre  », celle de la clôture à la Maison de la Culture a connu une forte affluence. La cérémonie était prévue pour 16h mais une heure avant, il manquait déjà de la place assise, ce qui a obligé certains à s’asseoir à même le sol. En attendant l’arrivée du Président du Faso, ils sont bercés par des prestations d’artistes aussi talentueux les uns que les autres. A 16h35, Roch Kaboré, son épouse et des membres du gouvernement font leur entrée dans la salle. Et c’est le début de la cérémonie avec la proclamation des résultats.

On retiendra avec Tahirou Barry que la SNC 2016 a été une réalité grâce à l’engagement de l’Etat, mais surtout aux soutiens des partenaires et sponsors. Pendant une semaine, fait-il entendre, il a été donné au burkinabè et au monde entier, et ce par le truchement des médias, de découvrir ou de redécouvrir la diversité culturelle du Burkina. Avec plus de 1000 artistes qui ont revisité le patrimoine et renforcé la création artistique à travers les compétitions du grand prix national des arts et des lettres. Pour le ministre de la Culture, des arts et du tourisme, tous doivent être fiers de l’organisation de la SNC sans discontinuer depuis 1983. Aux candidats malheureux, Tahirou Barry a estimé que cet échec est loin d’être une défaite.

Quant aux heureux lauréats, il leur a adressé ses encouragements, mieux, il a les exhortés à plus de professionnalisme et de rigueur. L’importance de la tenue de la SNC, fait-il noter, n’est plus à démontrer. D’où la nécessité de mener des réflexions à même de consolider les acquis de la culture burkinabè. En termes de suivi, outre les enregistrements, les réalisations de clips vidéo, des tournées seront organisées à l’endroit des lauréats de la 18ème édition de la SNC dans toutes les régions du Burkina. Le marché des arts a permis la formulation d’au moins une dizaine de contrats. Ils seront soumis à la direction générale de la SNC.

Tahirou Barry n’oublie pas le sinistre qui a eu lieu jeudi sur l’aire de la foire. Il dit compatir et rassure que toutes les dispositions seront prises pour faire face au sinistre. Saluant la disponibilité du Président du Faso qui n’a pas hésité à revenir sur Bobo, après sa participation à l’investiture du Président Nigérien, pour la clôture officielle de la biennale de la Culture. « Je voudrais que la SNC constitue un bouclier résistant contre l’impérialisme culturel étranger qui nous impose des visions et des pratiques contraires à nos valeurs », a-t-il, en substance lancé, avant de dévoiler les dates prochaines de la SNC : du 24 au 31 mars 2018.


Lefaso.net

Lu 1682 fois