dimanche, 03 février 2019 00:00

Réunion à Ouagadougou des ministres en charge de la défense du G5 Sahel

Les ministres en charge de la défense des pays du G5 Sahel ont tenu samedi une réunion à Ouagadougou dans le cadre des travaux du 5e sommet du G5 Sahel afin d'examiner le bilan de la présidence en exercice du Niger, en vue de préparer la conférence des chefs d'Etat, a rapporté un communiqué de la présidence du Burkina Faso.

"Beaucoup d'acquis ont été enregistrés par le G5 Sahel sous la présidence du Niger, selon son ministre de la Défense nationale, Kalla Moutari, président en exercice de la réunion des ministres en charge de la défense des pays du G5 Sahel", lit-on dans le communiqué.

Il s'agit, entre autres, du déploiement des personnels au niveau des postes de commandement, du démarrage des opérations de la Force conjointe, et du début de l'opérationnalisation de l'académie de police du G5 Sahel.

Selon le communiqué, au moment où le Niger s'apprête à céder la présidence en exercice au Burkina Faso, le ministre Moutari a reconnu que des défis immenses restent à relever pour faire du G5 Sahel un espace sécurisé, développé et viable. Il a donc appelé à la solidarité de tous les partenaires, pour relever tous les défis qui se posent au G5 Sahel.

Le ministre d'Etat, ministre burkinabè de la Défense nationale et des Anciens combattants, Cheriff Sy, a apprécié l'initiative de cette rencontre qui permettra à son pays de mieux se préparer pour réussir sa présidence en exercice.

Pour lui, développement et sécurité étant intimement liés, les différents pays du G5 Sahel doivent multiplier les efforts pour mieux assurer une lutte efficace contre le terrorisme qui entrave les efforts de développement au sein des pays membres.

"L'année 2018 a été particulièrement difficile pour notre espace sur le plan sécuritaire avec l'évolution des modes d'action des groupes armés terroristes, et leur impact sur le développement économique et social de nos nations", a indiqué le ministre burkinabè.

Convaincu que la coopération entre les Etats reste la meilleure option pour vaincre le terrorisme, le Burkina Faso entend inscrire son mandat dans la continuité et le renforcement des actions déjà entreprises, a-t-il ajouté.