mercredi, 06 mars 2019 00:00

Burkina : l’opposition politique dénonce la mauvaise gestion de la crise sécuritaire

l’opposition politique burkinabè a critiqué mardi, la gestion de la crise sécuritaire au Burkina Faso par le parti au pouvoir.

Au cours de son hebdomadaire point de presse, l’opposition politique burkinabè est revenue sur les propos qu’à tenu le président Roch Marc Christian Kaboré en marge de son séjour à Berlin.

Elle a rappelé que dans une interview accordée le 21 février dernier à la Deutsche Welle, le président Kaboré a avoué avoir reçu des leaders terroristes en 2016, venus réclamer selon le chef de l’Etat, des véhicules commandés auprès de son prédécesseur Blaise Compaoré.

L’opposition a relevé que le 15 janvier 2017, à la cérémonie de commémoration de l’an I de l’attentat de Capuccino et de Splendid Hôtel, le président Kaboré invitait ses concitoyens à collaborer avec les Forces de Défenses et de Sécurités (FDS) pour lutter conséquemment contre ces ennemies.

« Nous pouvons dire que cet appel a été attendu. Des citoyens ont même été assassinés sous prétexte qu’ils auraient fourni des informations permettant de lutter contre le terrorisme.

Aujourd’hui c’est au premier citoyen du Burkina Faso de collaborer pour que l’on mette la main sur des terroristes », a-t-elle déclaré
Par ailleurs, elle a recommandé au président Kaboré de faire publier la liste nominative de ces leaders terroristes avec leurs photos à l’appui (ou à défaut, des portraits robots) afin que n’importe quel Burkinabè ou ami du Burkina qui aurait des informations sur eux puisse les donner aux FDS.
Agence d’Information du Burkina