lundi, 02 septembre 2019 00:00

Procès du putsch de septembre 2015 : Le général Gilbert Diendéré condamné à 20 ans de prison

20 et 10 ans de prison respectivement pour les Généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé, présentés comme les cerveaux du coup d’état. Après 18 mois de procès, le Tribunal Militaire a livré son verdict ce 02 septembre 2018.  Les membres du commando qui ont arrêté le président de la Transition Michel Kafando et des Ministres dont le Premier Ministre Izaac Zida, ont écopé des peines d’emprisonnement allant de 15 à 19 ans.

Le Général de Brigade Gilbert Diendéré est reconnu « coupable » des « faits d’incitation à commettre des actes contraires au règlement ainsi que des faits de trahison ». Le Général de gendarmerie Djibril Bassolé, lui est condamné pour  le « fait de trahison »

Selon Me Prospère Farama l’un des avocats de la partie civile, c’est une victoire pour le peuple burkinabè. « C’est l’un des coups d’État qui a donné lieu à un procès équitable, en toute transparence, publique et qui n’a pas donné lieu à des exécutions sommaires. » dit-il

Quant aux avocats du Général Gilbert Diendéré, ils entendent aviser avant toute chose. Toutefois, selon Me Mathieu Somé « 20 ans c’est excessif ». Il poursuit en disant que « c’est un jugement ostensiblement politique ».

Le souhait depuis le début du procès c’était que « le droit soit dit » a laissé entendre Paul Ouangrawa, Secrétaire à l’Organisation des blessés du coup d’État. « Nous attendons maintenant de voir la suite sur l’indemnisation des victimes et des blessés » souligne-t-il.

Des accusés comme le Colonel Bationo Omer, l’ancien bâtonnier Traoré Mamadou ou encore Diawara Fatouma ont été acquittés pour « infractions non constituées ». Le journaliste Ouedraogo Adama dit Damis lui a écopé de cinq (05) ans de prison ferme pour des faits de « complicité d’attentat à la sureté de l’État. »

Tous les militaires qui ont participé à l’arrestation des autorités de la Transition, ont entre 15 à 19 ans de prison. Aussi une déchéance des nominations des accusés a été prononcée par le tribunal.

 Les condamnés ont 15 jours pour faire appel.