Réconciliation nationale : « Il faut garantir le principe Vérité Justice Réconciliation » (Abdoul Karim SANGO)

« Forger ensemble le burkinabè nouveau sur le socle du développement endogène » tel est le thème du prochain congrès extraordinaire du PAREN, le parti pour la renaissance nationale qui se tiendra du 28 au 29 mai prochain. L’annonce a été faite au cours d’une rencontre avec les hommes de médias le jeudi 8 avril 2021. Il était question durant cette conférence de presse d’échanger sur l’état d’évolution des travaux du comité de réorganisation du parti et de la situation nationale.

Le PAREN n’a eu aucun siège à l’Assemblée nationale durant les dernières élections législatives. Cela s’explique par un disfonctionnement dans l’organisation même du parti selon les conférenciers. Toute chose qui a conduit à la démission de l’ensemble du bureau exécutif du parti et de la mise en place d’un comité de réorganisation qui a déjà réalisé un certain nombre d’activités. Il s’agit entre autres de la « rédaction de nouveaux projets de statuts et règlements intérieur », de « l’organisation de tournées régionales pour la remobilisation des militants et sympathisants » « la mise en place du comité d’organisation du prochain congrès extraordinaire » et du choix du thème.

Ce fut l’occasion pour le comité de donner sa lecture de la situation nationale notamment sur les questions de la réconciliation nationale et l’éducation. Pour le PAREN adhère au projet de la réconciliation et apporte son soutien au projet, et a fait plusieurs propositions pour la réussite de cette mission confiée à Zéphirin DIABRE. Selon Abdoul Karim SANGO, président du comité de réorganisation du parti, il faut « garantir le principe Vérité Justice et Réconciliation », « préserver prioritairement et principalement les intérêts des familles victimes des différents crimes », procéder au « jugement des dossiers emblématiques » et « éviter de faire de la réconciliation nationale un sujet fourre-tout ».

 Sur la question de l’éducation, le parti apprécie positivement les nouvelles réformes prises par le gouvernement. « Ce ne sont les enseignants du secondaire qui proposent les sujets. Ce ne sont pas les professeurs d’université. Donc vous ne pouvez pas livrer des diplômes pour les lesquels vous n’avez aucune compétence en matière de formation » a laisser entendre Abdoul Karim SANGO.

Le comité a par ailleurs évoqué la question du changement climatique qui est de plus en plus préoccupante selon eux. Le parti milite pour un changement de comportement et pour plus d’engagement autour de la question. « Le PAREN invite les burkinabè à une prise de conscience plus aigüe des enjeux du changement climatique en changeant de comportement. Nous devons cesser de considérer qu’il s’agit d’une affaire des blancs » a exhorté le PAREN.

 

Pulsar Communication SARL

Adresse:

Boulevard des Tansoaba Immeuble Nassa 01 B.P. 5976 - OUAGADOUGOU 01

Adresse email:

info@monpulsar.com